La traduction de la littérature québécoise en Chine

Résumé de la conférence prononcée par Min Sun (doctorante – Université Laval) le 8 octobre 2009.

La littérature québécoise fait partie de façon incontournable de la littérature d’expression française. Différente de la littérature française, elle reste très peu connue auprès des lecteurs chinois et sa diffusion est très limitée.

La présente recherche s’inscrit dans le cadre des travaux de l’Observatoire de la traduction littéraire de l’Université Laval. Elle se propose d’explorer le rôle des traducteurs littéraires dans la diffusion de la culture littéraire québécoise en Chine. Plus spécifiquement, elle s’attardera sur les modes que revêt la diffusion en Chine de la culture littéraire québécoise par le moyen de sa traduction. Son parcours se centrera sur les questions suivantes : Qui traduit en chinois la littérature québécoise? Pour qui la traduit-on? Comment la traduit-on? Dans quel but? Évidemment, une autre interrogation devra trouver réponse, accessoirement, avant que l’attention puisse se porter sur les questions énumérées : que traduit-on de la production littéraire québécoise?

Pareille considération des modes de reproduction d’œuvres littéraires québécoises au moyen de la traduction en Chine est encore inédite. Peu d’études jusqu’ici se sont intéressées aux rapports interculturels sino-québécois. Dans un contexte de mondialisation de la culture et de l’expansion du rôle tant économique que culturel que joue la Chine sur la scène internationale, ce travail vise à contribuer à l’avancement du savoir dans le domaine des études traductologiques centrées sur l’interculturel. Notre recherche, dans le cadre de laquelle nous avons dressé un tableau de la présence de la littérature québécoise en Chine, permettra de surcroît aux lecteurs chinois de mieux connaître le Québec et la littérature québécoise, et contribuera à une diffusion plus élargie de la littérature québécoise en Chine.