Le traducteur de « papier » dans la fiction québécoise

Résumé de la conférence prononcée par Patricia Godbout (professeure – Université de Sherbrooke) le 3 décembre 2009.

Dans l’article Le traducteur, personnage de fiction, Daniel Simeoni jetait un regard sur des romanciers étrangers contemporains mettant en scène cette figure du passeur qui, invisible hier encore, écrivait-il, « est devenu figure centrale de la création » (2004).

Cette remarque fait allusion à une évolution du personnage du traducteur dans la fiction contemporaine, évolution que j’ai entrepris d’étudier dans un projet de recherche en cours visant à dresser le portrait du traducteur et de la traductrice tel qu’il se dégage des œuvres littéraires écrites par des auteurs québécois, de langues française et anglaise, depuis 1960. Dans le cadre de cette conférence, je présenterai ce projet dans ses grandes lignes, avant d’examiner plus particulièrement Le désert mauve, de Nicole Brossard, roman québécois très important à cet égard. Je me pencherai en outre sur un roman français tout récent de Brice Matthieussent portant le titre évocateur de Vengeance du traducteur.