Profession traducteur

On se trompe souvent : comme le disent les auteurs, « Il est urgent d’en finir avec les stéréotypes du traducteur mécanicien qui substitue des vis millimétrées aux vis en pouces. » Le traducteur est plutôt un professionnel caractérisé à la fois par :

  • sa curiosité (les traducteurs changent souvent de domaines de travail, au gré des contrats);
  • son insertion dans des réseaux nombreux (le traducteur circule dans des cultures diverses);
  • sa maîtrise de la langue (des langues, en fait : celle du texte de départ et, surtout, de la langue d’arrivée).

Les auteurs s’intéressent d’abord et avant tout à la dimension concrète du travail du traducteur. Où est-il formé? De quelles associations doit-il faire partie? Comment est-il payé? Quels sont ses outils, et notamment ses outils numériques? Il y a donc une forte dimension pratique à l’ouvrage.

Georges L. Bastin et Monique C. Cormier sont professeurs au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal. Ils sont tous deux chercheurs : le 1er est spécialisé en histoire de la langue espagnole, la 2de, dans les dictionnaires anciens et modernes. Surtout, ils ont une longue et solide expérience professionnelle. Monique C.Cormier a récemment été présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ). Georges L. Bastin y est formateur; elle est terminologue, il est traducteur. Bref, l’une et l’autre sont des analystes et des praticiens de la traduction.

Commander un exemplaire du livre sur le site des Presses de l'Université de Montréal.