Passer au contenu

/ Département de linguistique et de traduction

Je donne

Rechercher

Programmes de linguistique

La langue dans tous ses états, vue par la science

Vous avez un esprit scientifique et vous aimez les langues ? Bonne nouvelle : ces deux aspects se combinent en une seule et même discipline! Définie comme étant l’étude scientifique du langage, la linguistique s’emploie à découvrir les principes universels du langage humain pour mieux comprendre les propriétés des langues naturelles et la façon dont les connaissances sont représentées dans le cerveau.

Voici quelques-unes des questions auxquelles cette discipline tente de répondre :

  • Comment s’acquiert une langue chez les enfants et les adultes;
  • Quelle est la source des problèmes de bilinguisme ou des déficits langagiers;
  • Pourquoi les langues changent constamment;
  • Pourquoi les gens parlent différemment selon leur âge, leur appartenance sociale, leur genre ou leur interlocuteur.

Des programmes à la fine pointe des connaissances

Située au carrefour de plusieurs champs d’études – l’informatique, les neurosciences, la psychologie, l’anthropologie, la sociologie, les études littéraires ou la philosophie –, la linguistique couvre un large spectre de connaissances. À la fois polyvalents et spécialisés, nos programmes de linguistique proposent des cheminements interdisciplinaires qui vous permettront d’explorer le langage sous de multiples facettes.

Une discipline, cinq domaines, trois orientations

Nos programmes de linguistique reflètent l’évolution des savoirs dans les cinq domaines de base de la discipline – la phonétique, la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la sémantique –, lesquels s’appliquent à des problématiques spécifiques à chacune des trois orientations proposées :

1) Langue et société

Cette orientation se penche sur les aspects sociologiques de la langue, c’est-à-dire l’évolution de la langue en fonction des facteurs sociaux des personnes qui la parlent (lieu de résidence, âge, genre, classe sociale, etc.). Ville cosmopolite par excellence, Montréal est l’endroit tout désigné pour étudier la sociolinguistique.

2) Langue et technologie

Cette orientation s’intéresse au traitement automatique du langage (TAL) tel que le traitement de grands corpus de textes numériques, la traduction automatique, la génération de textes, l'élaboration d'ontologies et le développement d’outils langagiers (correcteurs d'orthographe ou systèmes de dialogue humain-machine).

3) Langue et cognition

Cette orientation examine les questions touchant à la représentation du langage dans le cerveau humain (neurosciences), aux mécanismes qui régissent sa production et sa compréhension par l'individu ainsi qu'aux facteurs internes et externes qui peuvent influencer, favoriser ou perturber le fonctionnement normal de ces processus.

Bon à savoir :

  • la plupart des cours sont offerts dans les trois orientations;
  • chaque orientation permet de suivre plusieurs cours de langue;
  • il est possible de passer d’une orientation à l’autre.

Le Département de linguistique et de traduction de l’UdeM se distingue par :

  • Ses professeurs passionnés qui participent à des travaux liés aux plus récents développements de la discipline (acquisition du langage par l’enfant, synthèse et génération automatique de textes, élaboration de dictionnaires d’usage, linguistique théorique, création et analyse de corpus linguistiques, etc.).
  • La qualité de ses formations, qui hisse l’Université de Montréal dans le groupe des 150 universités par excellence au monde en linguistique, selon le plus récent classement de la firme britannique QS.

 

Perspectives d’emploi

Le marché de l'emploi en linguistique

Des études en linguistique vous préparent à occuper des fonctions en enseignement des langues dans les écoles ou dans les entreprises, à travailler au sein de conseils linguistiques d'organismes publics ou parapublics, à participer au développement de politiques linguistiques gouvernementales ou à œuvrer dans le domaine de la rééducation. À l’heure actuelle, le marché du traitement de l’information offre aussi des perspectives intéressantes.

Les linguistes peuvent, par exemple :

  • Rédiger ou réviser des textes.
  • Participer à l’élaboration de banques de mots ou de données linguistiques.
  • Collaborer à des recherches et à la création de logiciels de soutien.
  • Développer des outils d’aide à la traduction.
  • Participer à des travaux sur la génération automatique de textes et sur la reconnaissance de la parole.
  • Contribuer aux recherches en traduction automatique, en intelligence artificielle ou en reconnaissance et en génération automatiques de la parole (informatique et mathématiques).

Les services des linguistes sont requis dans les domaines suivants :

  • Maisons d’édition
  • Établissements d’enseignement
  • Médias
  • Gouvernements
  • Laboratoires de recherche privés ou gouvernementaux.

Voici quelques exemples de poste occupés par nos diplômées et diplômés en linguistique.

  • Conseillère pédagogique, Centre régional de formation à distance du grand Montréal
  • Rédacteur en chef adjoint, Mediafilm
  • Conseillère aux services langagiers, Willis Towers Watson
  • Thérapeute comportementale, Centre Gold
  • Gestionnaire de projets de traduction, TRSB
  • Correcteur, ministère de l'Éducation et ministère de l'Enseignement supérieur
  • Enseignant de français, ministère de l'Immigration, Francisation et Intégration
  • Orthophoniste, Hôpital juif de réadaptation
  • Orthophoniste-audiologiste, École Madeleine-de-Verchères

Développez votre expertise et décrochez des emplois de haut niveau

Comme la majorité des emplois en linguistique exige un certain seuil d’expertise, ajouter à votre diplôme de baccalauréat en linguistique une maîtrise ou une formation complémentaire (traduction, psychologie, orthophonie ou informatique) vous permettra d’accéder à une plus grande variété d’emplois.

Par exemple, les secteurs des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle nécessitent une expertise linguistique pour l’analyse et l’annotation de données ou pour la conception de logiciels de traitement automatique. Plusieurs compagnies en intelligence artificielle et en technologies de l’information embauchent des linguistes qui présentent ce genre de profil. À Montréal, pensons à Druide, Nuance, Nu Echo, Keatext, Coveo, etc.

Le domaine de la neurolinguistique est aussi en plein essor. À l’interface des neurosciences, de l’orthophonie et des nouvelles technologies d’imagerie, cette spécialité génère la création d’emplois répondant aux enjeux de la neurodiversité, du vieillissement sain, du plurilinguisme et des troubles du langage chez l’enfant et chez l’adulte.